Geek Ta Mère
Bienvenue sur GTM !

Prends un peu de temps et inscris toi ! On réserve une belle section pour les habitués.



 
PortailAccueilS'enregistrerConnexionRechercherCalendrierFAQMembresGroupes

Partagez | 
 

 [Rétrospective] BIT.TRIP

Aller en bas 
AuteurMessage
Phanto
Le cirque du Soleil Levant
avatar

Messages : 8059

07032011
Message[Rétrospective] BIT.TRIP

Tout a commencé en décembre 2008, avec une vidéo relayée par IGN, et accompagnée d'un mystérieux "I AM ONLY A MAN". Le site disait qu'il s'agissait d'un teaser pour une exclu wii à sortir en 2009 mais n'en savait pas davantage.

Exclu wii, teaser mystérieux ? OMAGAD METROID FZERO FONCTIONNALITE SECRETE SADNESS etc.

1er trailer :


Ah bah non, en fait, le teaser, c'était pour Wii Pong. Merci, bye

Mais finalement le jeu sort, a de très bonnes critiques et coûte 6 €, donc pourquoi pas. Et c'est ainsi que j'entrai de plain-pied dans l'univers des BIT.TRIP et de leur personnage principal, un charmant bâton noir du nom de Commander Video.


Haters Gonna Hate

2 ans plus tard, je pose ma wiimote, larme à l'oeil. Je viens de finir BIT.TRIP FLUX, sixième et dernier épisode d'une série qui figure désormais parmi mes préférées de l'histoire du JV. Reprenons donc depuis le début.

BIT.TRIP, c'est donc six jeux - jusqu'à nouvel ordre, mais c'est ce qui était prévu au départ. Tous sont dispo sur wiiware (600 points pour les 3 premiers, 800 pour les suivants), certains sur steam, un sur apple store il me semble. Bien que le gameplay change du tout au tout d'un épisode à l'autre, on peut définir des constantes :
- Les six jeux sont autant de chapitres d'une même histoire (j'y reviendrai)
- L'esthétique rétro : graphismes d'inspiration atari/8 bits et musique chiptunes
- Le gameplay toujours musical (les actions du joueur ont une influence sur la musique)
- La difficulté infernale.

BIT.TRIP BEAT (cliquez pour une vidéo) pourrait se résumer à Pong x Rez. Vous tenez la wiimote horizontalement et dirigez une raquette sur la gauche de l'écran en inclinant vers l'avant ou l'arrière. Simple, mais pourquoi ne pas avoir mappé sur une croix ou un stick analogique ? Réponse : parce que le jeu exige d'être EXTRÊMEMENT réactif, et que ce dispositif rend la chose plus aisée (au sens "humainement possible").

Donc il y a cette raquette, et plein de balles ("bits") qui arrivent d'en face, en rythme et en suivant des motifs. Réussissez des séries, la musique devient plus vivante. Ratez-en trop, vous passez au purgatoire : le jeu devient noir et blanc et la musique se réduit aux bips des bits sur la raquette, jusqu'à ce que vous en réussissiez assez ou que vous mouriez. Dans le second cas, vous recommencez du début du niveau.

Le jeu ne compte que 3 niveaux d'environ 10 minutes + un boss chacun, et la courbe de difficulté est radicale. Pas de checkpoints, vous voyez donc où se situe le principal défaut de l'épisode : il est putain de frustrant. Mais néanmoins faisable. J'ai dû m'y reprendre à plusieurs reprises et je ne suis pas du genre patient.



BIT.TRIP CORE est plus difficile à comparer. Ce serait un guitar hero transposé sur une croix directionnelle. Vous êtes un "+" au centre de l'écran et vous devez cette fois intercepter les bits quand ceux-ci passent dans vos axes, en faisant direction + 2 au bon moment. La plupart du temps, on le décrit comme plus difficile que le premier (le sens de la coordination y est en tout cas mis à rude épreuve), mais je l'ai terminé plus facilement.

Bonus : vous avez cette fois une bombe par niveau, pour éliminer tous les bits à l'écran quand ça devient critique.



BIT.TRIP VOID reprend le tableau de façon plus radicale. Cette fois, on branche le nunchuk : le stick analogique dirige un cercle noir à l'écran (après un bâton et un +, hein...). Comme un africain xénophobe, il vous faudra absorber les bits noirs et éviter les blancs, l'oubli des premiers comme le contact des seconds coûtant des points.

Le jeu est centré sur un système fonctionnant à l'ego : plus vous absorbez de bits noirs, plus vous grossissez et plus en absorber d'autres rapporte gros (et plus vous êtes lent, aussi). Mais touchez un blanc et vous redevenez riquiqui en perdant les points engrangés. Il faut appuyer sur A au bon moment pour redevenir petit manuellement et sauvegarder les points. Élémentaire.

Dû à la possibilité de se déplacer et à l'apparition de checkpoints, le jeu est moins difficile et moins frustrant que les précédents. Pour ce qui est de la musique, celle-ci est quantifiée (le son des bits varie en fonction de votre position de façon à garder une certaine harmonie).



BIT.TRIP RUNNER introduit un fonctionnement plus familier que ses prédécesseurs, d'accès immédiat pour quiconque a déjà passé du temps sur Canabalt et autres Robot Unicorn Attack. En gros, le personnage à l’écran court sans arrêt et il faut l’empêcher de finir dans le mur, en sautant le plus souvent, mais aussi en faisant une glissade, donnant un coup de pied pour détruire un obstacle, utilisant un trampoline au bon moment et en parant certains projectiles (je crois que je n’ai rien oublié).

A la différence des jeux cités, Runner propose des niveaux finis et non générés aléatoirement. Le scoring dépend du nombre de lingots d’or et de « + » ramassés dans le niveau, un perfect vous octroyant l’accès à un niveau bonus à l’esthétique inspirée de Pitfall. En outre, il n’y a ici plus de purgatoire : touchez un obstacle et vous verrez le commandeur se faire réexpédier au début du niveau, reprenant sa course comme si de rien n’était. Les 3 niveaux habituels sont ici 3 mondes divisés en 11 niveaux + un boss, mais croyez-moi, la tolérance offerte par une barre de vie vous manquera bel et bien.

A noter que c’est le premier jeu où l’on contrôle Commander Video dans sa forme physique (et, de façon générale, c’est aussi le premier à se dérouler dans un univers qui ne soit pas abstrait).



BIT.TRIP FATE nous met également aux commandes de la forme physique du commandeur, et c’est un shoot à défilement horizontal. Jusque-là, tout va bien. Son truc, par contre, c’est que le commandeur ne peut se déplacer que sur une ligne, via les commandes gauche-droite, et doit donc gérer obstacles et tirs en fonction de sa position sur un axe unique. Le jeu n’est pour autant pas le plus difficile de la saga. Contrairement à Runner, il est possible d’encaisser plusieurs tirs et de récupérer de la vie. De plus, seuls les tirs au cœur vous infligeront des dégâts, et la visée à la wiimote équilibre les contrôles.



Enfin, BIT.TRIP FLUX conclut la saga. En substance, c’est un Beat à l’envers, dans le sens où les bits viennent de la gauche et non de la droite. On signalera quand même une certaine évolution dans le design entre les deux épisodes : outre les checkpoints, on devra aussi composer avec les bits ronds à éviter, ainsi qu’avec des bits au comportement inédit et de nouveaux bonus.





Donc finalement, BIT.TRIP, c'est ça ? 6 mini-jeux rétro et c'est tout ?

Non. Même si, pour moi, il est tout à fait possible de n'en acheter qu'un et de l'apprécier pour ce qu'il est - un jeu addictif et unique, au design musical excellent et à la difficulté corsée - ce qui rend cette série chère à mon coeur, c'est l'histoire. Pas seulement dans son contenu, mais aussi pour la narration, absolument brillante. Je vais tenter d'expliquer cela en spoilant aussi peu que possible.

Comme je l’ai dit plus haut, les jeux sont les chapitres d’une même histoire. De mon point de vue, vous avez un jeu complet en les achetant tous (/vrp). Cette histoire n’est pas racontée de façon très explicite : les niveaux sont entrecoupés de cinématiques montrant Commander Video (on va abréger en CV, hein) dans des situations compréhensibles, mais difficiles à lier au contexte. Les noms des niveaux sont une piste, le gameplay en est une autre ; mais tout au long du développement de la série, les joueurs n’ont pu qu’émettre des hypothèses sur le contenu. Un événement particulier de Fate a pu être révélateur sur les intentions des auteurs, mais ce n’est que récemment que les types de Gaijin Games ont validé la théorie dominante. Alors que les premières images de Flux montraient que l’arc entamé avec Beat était sur le point de prendre fin.

Pour les plus curieux :
Spoiler:
 

C’est un aspect qui apparaît plus clairement une fois les six jeux finis, tandis qu’il a de quoi laisser perplexe celui qui ne jouera qu’à un des épisodes. Pourtant, chacun des épisodes possède un gameplay visant à refléter un chapitre de la vie de CV – à travers le regard un peu surréaliste des créateurs, certes. Mais c’est ce qui fait de BIT.TRIP autre chose qu’une série de mini-jeux. Un mini-jeu, c’est un passe-temps. Un jeu raconte une histoire, et pas seulement parce qu’il y a une cinématique au début et à la fin : parce qu’en avançant dans la partie, on fait progresser l’histoire.

Bien sûr, c’est difficile à accepter quand, au fond, on ne fait que renvoyer des carrés avec une raquette rectangulaire. Mais concevoir un jeu est facile lorsqu’il y a un méchant, des sous-fifres et un enjeu impliquant de se débarrasser de tout ce monde – l’histoire de BIT.TRIP n’a pas ça (sauf dans FATE, et le contexte rend cela très particulier). Il faut voir les choses ainsi : vous devez faire un jeu dont l’histoire est « le personnage va de A à B ». Vous pouvez faire un jeu de plate-forme. Vous pouvez faire un jeu en 3D à la première personne. Vous pouvez aussi prendre une voie radicalement différente, et faire en sorte que le joueur ne contrôle que les jambes de son avatar, mollets et cuisses indépendamment (à la manière du jeu flash QWOP). Ou encore forcer le joueur à contrôler le cerveau et à faire les connexions nerveuses au bon moment pour que le personnage avance. Et si vous êtes fan de David Lynch, vous pouvez même faire un cooking mama-like avec les motivations qui poussent le personnage à aller de A à B.

C’est comme cela que BIT.TRIP fonctionne. Les créateurs ont créé chacun des épisodes de leur histoire en y apposant leur vision des événements, tantôt avec du Pong, tantôt avec du Canabalt, tantôt avec du shooter. J’ai parlé de « forme physique » de CV, parce que dans les faits, on le contrôle tout le temps. L’exemple le plus parlant est peut-être celui de Void, où les niveaux sont nommés d’après des composantes de la psyché humaine. De même, je n’ai pas dit que « Le jeu est centré sur un système fonctionnant à l'ego » pour rien : ça fait simplement partie de l’histoire.

D’après Gaijin Games, « chaque bit est placé ainsi pour une raison ». Je n’irai pas jusqu’à valider cette affirmation, néanmoins la présence de signaux en morse dans la disposition des bits semble être confirmée par certains joueurs. Personnellement, sans pousser mon enquête jusque-là, j’apprécie déjà cette série comme une expérience unique en termes de narration interactive. Et ceux qui passent moins de temps que moi à se masturber la tête apprécieront sans nul doute six jeux à l’esthétique et au gameplay excellents.

-------------------
THE RIDE NEVER ENDS


Dernière édition par ISZK le Mar 08 Mar 2011, 4:32 pm, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

 Sujets similaires

-
» OUTPOST BUS Trip to GP Amsterdam
» IKEA, a magic trip
» [S02] Road Trip
» A gagner 16 boîtes de boosters et un trip au GP Paris...
» Enjoy the trip, boys! [Romain/Gaby]
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

[Rétrospective] BIT.TRIP :: Commentaires

avatar
Re: [Rétrospective] BIT.TRIP
Message le Lun 07 Mar 2011, 10:53 pm par ylno
Bel article!

Globalement, tu dirais combien d'heures pour les 6 en tout?
avatar
Re: [Rétrospective] BIT.TRIP
Message le Lun 07 Mar 2011, 11:28 pm par Phanto
C'est pas évident à dire. D'un côté, les niveaux ont pour la plupart une durée fixe (si on ne compte pas les boss). Un mec qui serait touché par le feu divin et finirait tout du premier coup en aurait pour 4 ou 5 heures.

Un joueur réel, par contre... c'est d'autant plus difficile à dire que j'ai acheté runner à sa sortie, et je l'ai fini juste là (y'a 30 minutes), après l'avoir abandonné et repris. J'ai sans nul doute passé plusieurs heures à crever et recommencer dans 4 ou 5 niveaux (je dis bien niveaux, pas mondes) de cet épisode.
avatar
Re: [Rétrospective] BIT.TRIP
Message le Mar 08 Mar 2011, 3:52 pm par DarkAnother
Très très (très) bel article, vraiment bien écrit et documenté ! Même si tu dis qu'il est préférable de jouer les 6 jeux pour l'histoire, je me sent particulièrement attiré par BIT TRIP RUNNER, que je suis en train de télécharger. J'espère que je vais aimer, mais ça m'a l'air pas mal du tout.

Et inb4 Aka: "c'est d'la merde c'est des jeux flash"
avatar
Re: [Rétrospective] BIT.TRIP
Message le Mar 08 Mar 2011, 3:55 pm par Aka
Ta gueule le belge, je critique pas le jeu mais le support de sortie en general.
avatar
Re: [Rétrospective] BIT.TRIP
Message le Mar 08 Mar 2011, 4:42 pm par DarkAnother
Alors je viens de tester les 6 premiers du jeu sur mon vieil ordi Windows (c'est certainement un des seul jeu qu'il est encore capable de faire tourner ^^ ) et honnêtement, j'ADORE ! Merci beaucoup pour cette découverte, j'y retourne de suite :3
avatar
Re: [Rétrospective] BIT.TRIP
Message le Mar 08 Mar 2011, 4:58 pm par Phanto
Merci pour le retour

Runner se détache un peu des autres niveau histoire, c'est probablement le plus facile à prendre seul avec Beat. Si tu as 600 points dont tu ne sais pas quoi faire, dis-toi que je l'ai acheté au début sur un acte de foi
avatar
Re: [Rétrospective] BIT.TRIP
Message le Mar 08 Mar 2011, 5:14 pm par DarkAnother
J'avoue honteusement que je l'ai téléchargé illégalement, et que si je prends les autres, je ferais pareil. Sauf si un jour ils sortent le pack des 6 jeux pour 15€ ou quoi; parce que 6€ chaque ça fait mal quand même (surtout que les points Wii sont plus chers que ce qu'ils valent).
avatar
Re: [Rétrospective] BIT.TRIP
Message le Mar 08 Mar 2011, 5:19 pm par Aka
IRL en MP ou je te colle 1 an pour apologie du piratage.
avatar
Re: [Rétrospective] BIT.TRIP
Message le Mar 08 Mar 2011, 5:45 pm par Phanto
Pour moi ça fait la série à 42, c'est toujours moins qu'un jeu en magasin et la durée de vie est plus que décente.

Beat étant aussi sur steam et ios, tu dois pouvoir le d/l illégalement, mais je sais pas du tout ce que les contrôles peuvent valoir sans wiimote.

Tu veux dire quoi, pour les points wii ?
avatar
Re: [Rétrospective] BIT.TRIP
Message le Mar 08 Mar 2011, 6:05 pm par DarkAnother
Pour Bit Trip Runner, les contrôles sont "logiques", space pour sauter, et les flèches pour le reste (haut pour les plaques de saut, gauche pour frapper, bas pour se baisser), et ça fonctionne très bien.
avatar
Re: [Rétrospective] BIT.TRIP
Message le Mar 08 Mar 2011, 6:15 pm par Phanto
Mais pour Beat, ça doit être plus galère. Sur ipod/ipad, ça utilise logiquement les gyroscopes des appareils, mais sur PC ? Ca doit être infect à la souris.

Et pour les points wii, donc ? :p
avatar
Re: [Rétrospective] BIT.TRIP
Message le Mar 08 Mar 2011, 6:24 pm par DarkAnother
Et bien, logiquement, 100 points = 1 euro, c'est ça? Moi j'avais acheté 1000 points, et ça m'avait couté 14,99€, et c'est ce prix là dans tous les magasins.
avatar
Re: [Rétrospective] BIT.TRIP
Message le Mar 08 Mar 2011, 6:35 pm par Phanto
C'est plus cher en magasin, mais les prix sur amazon sont un peu moins violents que ça. Sur la boutique wii, c'est 100 pour 1 €.
Re: [Rétrospective] BIT.TRIP
Message  par Contenu sponsorisé
 

[Rétrospective] BIT.TRIP

Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Geek Ta Mère :: Articles-
Sauter vers: